Bretagne Passion le forum 100% Breizh


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Noël breton d'autrefois.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
dour



Nombre de messages : 9
Age : 57
Lec'hiadur/Localisation : Québec
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Noël breton d'autrefois.   Lun 12 Déc - 3:55

Bonjour,

Je suis québecois mais de parents bretons. Je me demandais à quoi pouvait ressembler un noël typiquement breton au siècle dernier ou même avant. Le repas, le réveillon, l'embiance. Y avait-il de la musique et de la dance? Est-ce que les gens fêtaient de façon regilieuse ou on y allait avec les traditions.

Cordialement,

Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geneadour.jimdo.com/
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1503
Age : 34
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Lun 12 Déc - 4:39

Les gens faisaient une veillée autour de la cheminée dans laquelle on mettait ce soir-là une bûche plus grosse que d'ordinaire, pendant que des groupes de jeunes allaient de maison en maison pour chanter "kanomp noel", célèbre cantique sur la naissance de Jésus. Ensuite les gens allaient à la messe de minuit, et y chantaient d'autres cantiques en breton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Lun 12 Déc - 19:03

Pour ceux qui ont le bonheur de lire le breton, voici un récit du de Noël d'autrefois dans la campagne léonarde. Extrait du livre "Marh Reiz" de Visant Seite.

Deuet da veza brasoh, seiz vloaz pe ouspenn, or-beze droad da vond ivez d’ar pellgent pe overenn hanternoz.
Beilladeg a veze a-raog. Eur bern mad a vouded a veze lakeet en oaled en-dro d’an daol. Lod a oa tig da hoari domino, ar re gosa dreist-oll. Ar re all a blije muioh dezo ar hartou. Ar re na ouient ket c’hoari a zelle.
Ni, ar ribitaill, a veze o c’hoari e lost an ti. Pa reem re a drouz e save karnaj warnon : « dabord e pakoh ma ne jomit ket peoh ! »
C’hoari a reem en em baka e lost an ti teñval, rag eno ne veze ket a houlou, ar pez ne zisplije ket deom. C’hoari koukoug a reem en eur vond da guzad a-dreñv an arrebeuri pe dindan ar gweleou-kloz. Eno a-vad, e veze aon o vond. Ar re hardisa nemetkén, a grede mond en toull du-ze, a-wechou leun a logod.
Daoulagad tan eur haz bennag a sponte ahanom. Kalz a veze war-dro an ti ha ne vezent ket atao doñv.
War-dro dég eur e veze askoan : silzig a veze fritet gand or mamm war ar billig losteg. Nag a hwez-vad neuze dre an ti a-béz ! Nag e lipem or mourrou pa veze lakeet deom eun tamm silzig war or plad, or bizied o servicha deom da fourchetez, al lipig o tivera diouto ! Evid echui e veze eur banne kafe pe eur banne te. Setu on askoan ! Ne rivine dén e-béd. Ha ni a veze eüruz.
A-wechou e veze lavaret deom : « Ma vez sklêr al loar ez eoh d’ar pellgent. »
Hag e sellem pell a-raog ouz an almanak da weled penaoz e vefe loar : war he hrésk, pe war he hann, pe war he diskar. Gand al loar war he hann, ezomm e-béd da gaoud letern evid mond d’ar pellgent.
Med pa ne veze ket a loar, pebez abadenn mond euz an Ogellou d’an iliz e-kreiz an noz du ! Eul letern a veze gand va zad a valee er penn a-raog. Med, a-raog loh euz ar gêr, va zad a garge a foenn restell ar hezeg : o askoan evid noz Nedeleg.
N’am-eus ket a zoñj e vije roet eun dra bennag d’ar zaout.
Etre an Ogellou hag ar bourk, an hent a oa fall-fall d’ar mare-ze, evel eun hent bet greet da vired ouz an dud da baseal. Leun e veze, e-pad ar goañv, a boullou dour, a vouillenn hag a bri, imposubl da dreuzi nemed en eur harr hag a yee el lagenn a-wechou, beteg e vendeliou. Ar hezeg avad, a dreuze êz, boazet ma oant da gerzed en dour hag el lagenn.
Hag an dud war o zroad ?
Mond a reent dre ar gwenojennou hag a riboule dre ar hleuziou pe a-dreuz ar parkeier. Pa ranked kemered an hent e veze lammet diwar eur mên war eun all ; ouz kostez ar hleuziou leun a lann hag a flemme deoh ho tremm pa 'z eed re dost dezo, dreist-oll e-kreiz an noz teñval, pa vezem o vond d’ar pellgent gand eul letern hepkén d’or sklêrijenna.
Erruet er bourk, e veze lezet al letern e ti ‘r Fave, skarzet eun tammig ar fank diouz or bouteier, ha goude, buan d’an iliz evid kaoud plas hag evid gweled Jean-Louis ar Hloher oh elumi ar gouleier. An dra-ze ‘oa, evid ar vugale, eun dra kuriuz kenañ da veza gwelet.
Ar re-mañ, gouleier-koar, a oa e-leiz anezo, kement ma ne hellem ket o honta !
Edont ouz solier an iliz, eur zolier steredennet evel an oabl glaz, war kurunennou braz, an eil a-zioh e-bén, med bihannoh-bihanna dre ma'h uhellaent. Mouchenn peb goulaouenn a oa stag an eil ouz e-bèn gand eul las gwenn koaret.
Jean-Louis, gand eur vaz en he bég eul “lost-raz” elumet, a lakee an tan e penn al las, ha kerkent, dre al las-se e rede an tan euz eur houlaouenn d’e-bén, hag en eun netra eh en em gave entanet an oll houlaouennou-koar dirag on daoulagad estlammet.
Klask a reem konta niver ar gouleier. Med kement a oa anezo ma chomem boud war on taol. Gouleier a-zioh or penn, med gouleier ivez dirazom, e-leiz, war an aoter. Skedi a reent beteg trella on daoulagad ha kas diouzom ar c'hoant kousked.
Leun e oa ivez an iliz vraz, n’eo ket hepkén gand an dud, med gand chwéz-vad kreñv gwez sapin Kraou Nedeleg, a garge eur heur a-béz, keur Intron Vari ar Rozera.
Ar gwez-sapin-ze, deuet euz Koad Kervengi, peder pe bemp anezo, a bigne beteg solier an iliz.
Dindanno edo kraou ar Mabig-Jezuz, en-dro dezañ prajou greet gand kinvi, meneziou, stêriou, ha deñved e-leiz gand o fastored, an êr dezo da zond diwarherr war-zu ar hraou santel. A-zioh ar hraou, eur steredenn lugernuz hag Élez o kana “Gloria in excelsis Deo” (Gloar da Zoue e barr an Neñvou).
Da hanternoz, goude kan eun ofis e latin, a-raog an overenn, e vo douget d’ar hraou, gand ar beleg, ar Mabig Jezuz ha lakeet en e gavell, etre Jozef ha Mari e vamm, a-dreñv dezañ, eun ejenn hag eun azen o c’hweza war e zaouarn.
O ! na pegen c’hwék, an daolenn-ze, d’or halon vugel ! Na pegen aliez, e-doug miz genver, ez aim d’he gweled, da lakaad or gwenneien e kéf an Élig ruz hag or zalude, beb gwech ma veze roet dezañ eur prof bennag.
Leun kouch eo an iliz. Ar han a ya en-dro. An overenn a gomañs. Ar “hyrie” hag ar “Gloria” a lak an iliz da dregerni. An dud fidel a anavez an oll doniou dindan eñvor. An overenn-bréd a dremeno evel-se buan-kenañ.
Ar hurust a hèj e glohig : ar gorreou. An oll a stou o fenn. War-lerh e kaner «Me ho salud, Korv va Zalver 'zo diskennet war an aoter. »
Ar gomunion da fin an overenn genta a bado pell amzer. E-keit-se, ar hantikou brezoneg, kantikou Nedeleg ha re all, a dregern. Eun toullad kanerézéd, en dribun, a gas ar han en-dro. Eun drugar eo o zelaou ha kana war o lerh an diskanou. Ar re-mañ 'oa ol lod rag gouzoud a reem anezo koulz lavared oll dindan eñvor. Hag e sachem warno, m'hel lavar deoh !
War-lerh an overenn-bréd e vo diou overenn all ha ne vo kanet enno nemed kantikou brezoneg. Setu eun diskan hag a zeue ganeom a-bouez-penn :
« Ni hoh ador, Mabig Jezuz,
Mabig dous ha karantezuz,
Doue meurbéd madelezuz.»
Distro d'ar gêr, ez eem d'or gwele war-eün heb ober re a drouz gand aon da zihuna ar re a oa kousket. Div eur pe ziv eur hanter e veze a-benn neuze. Berr e vo or housk. Hir a-walh, koulskoude, evid ober huñvreou kaer, e-keit ha ma sklake atao en oaled eteo Nedeleg : huñvreou leun a houleier, a Élez hag a gan.
Evel-se e tremene or buhez merket gand goueliou braz an Iliz : Nedeleg, Pask, ar Pantekost, Goueliou ar Zakramant, gouel an Oll-Zent...
Va zud ne oant ket pinvidig. Beva 'reent diwar nebeud a dra, a-forz da labourad ha da espern. Med ni en em gave eüruz daoust ma veze tano an amann war or bara. An disterra tra a ree plijadur deom. An disterra c'hoarieIl a veze a-walh d'or hontanti. Daou wennegad bonboniou da zul on lakee laouen. Ne houlennem ket muioh. An oll vugale en-dro deom a oa evel-se.
Or Mabig-Jezuz sukr da Nedeleg a ree deom kemend a lorh hag ar bern
c'hoariellou kér a roer hirio da vugale vihan on nized ha nizezed, hag a vez skuiz a-benn fin an devez kenta gand kemend-all a draou dirazo. Prestig emaint taolet en eur hougn, hag e kaver anezo o c'hoari gand petra ? gand kapsulennou boutaillou kavet ganto war an daol, da fin ar préd.
Ni a ouie hag a gomprene talvoudègèz an arhant a houneze or herent gand kalz a boan. Ar vugale a-vremañ ne gornprenont ket : re a arhant etre o daouarn.
Ni a ouie hag a gomprene talvoudègèz eun tamm bara. E daoler kuit a vije eur pehed evidom, ha ma tigoueze ganeom hén ober, e taolem anezañ dreist or penn, a-dreñv d'or hein, goude ober sin ar groaz. Desket e oa bet deom kaoud doujañs ouz ar bara evel ouz eun dra zakr.
Bugale an amzer a vremañ n'ouzont mui petra ‘goust, e poan hag en arhant, gounid eun tamm bara. Setu perag e kaver bara o ruill, hirio, e foz an hent, torziou a-béz taolet d'ar blotou, ha kaset gand karr an dideiler da vaga al logod hag ar razed, en eun toull mengleuz bennag war ar mêz.

(Visant Seite -"Marh Reiz")
Revenir en haut Aller en bas
yannalan
Roi Breton
Roi Breton


Masculin
Nombre de messages : 1243
Age : 65
Lec'hiadur/Localisation : er vro Pourlet
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Lun 12 Déc - 20:13

Un azkoan avant la communion ? A l'époque il fallait normalement jeûner à partir de midi. Ala mienn (années60) c'était trois heures avant mini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Lun 12 Déc - 20:29

Hag eñ e vefe tud Pourlet strikoh eged al Leoniz e-keñver ar relijïoun ?
Revenir en haut Aller en bas
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1503
Age : 34
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Lun 12 Déc - 20:37

Na più e droei testenn Visant Seité é galleg, aveit ma vo komprenet ged hor mignon a Vro Gebek ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Lun 12 Déc - 20:51

Te ne rafe ked ?
Revenir en haut Aller en bas
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1503
Age : 34
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Lun 12 Déc - 22:09

P'em bo un tammig amzér de goll, marsé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dour



Nombre de messages : 9
Age : 57
Lec'hiadur/Localisation : Québec
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Lun 12 Déc - 23:46

Merci pour toutes ces réponces qui ont l'air vraiment très intéressantes, mais sans vouloir vous offusquer je n'ai jamais eu la chance d'apprendre le breton puisque je suis au québec.

Est-il possible de répondre en français?

Amicalement,

Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geneadour.jimdo.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mar 13 Déc - 1:27

Tonton Job a écrit:
P'em bo un tammig amzér de goll, marsé...

Ne vo ked kollet da amzer pa vo evid or mignon euz ar C'hebek... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mar 13 Déc - 1:31

dour a écrit:
Merci pour toutes ces réponces qui ont l'air vraiment très intéressantes, mais sans vouloir vous offusquer je n'ai jamais eu la chance d'apprendre le breton puisque je suis au québec.

Est-il possible de répondre en français?

Amicalement,

Michel

En fait, c'est nous qui sommes en tort: le français est la langue de ce forum et le breton uniquement sur breton/gallo (si j'ai bien compris)... En français donc. (On va quand même pas demander à un Québecois d'utiliser une langue d'outre-manche!Very Happy)
Revenir en haut Aller en bas
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1503
Age : 34
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mar 13 Déc - 1:48

dour a écrit:
Merci pour toutes ces réponces qui ont l'air vraiment très intéressantes, mais sans vouloir vous offusquer je n'ai jamais eu la chance d'apprendre le breton puisque je suis au québec.

Est-il possible de répondre en français?

Amicalement,

Michel
On va tâcher de vous faire une traduction en français du texte en breton cité par Patrig.

(les autres phrases en breton étaient des petites remarques entre nous, pas des réponses à vos questions bien entendu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dour



Nombre de messages : 9
Age : 57
Lec'hiadur/Localisation : Québec
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mar 13 Déc - 2:27

Merci,

C'est vraiment sympatique de votre part.

Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geneadour.jimdo.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mar 13 Déc - 8:54

Voilà !

La Messe de Minuit (Ar Pellgent - Ar Marh Reiz - Visant Seite)

Quand nous avions six ans ou plus, on nous laissait aller à la messe de minuit.
Avant, il y avait une veillée. On mettait un bon tas de mottes autour de la table pour le feu. Certains s’adonnaient aux dominos, surtout les plus âgés. Les autres préféraient les cartes. Ceux qui ne savaient pas jouer regardaient.
Nous autres, la marmaille, nous jouions au fond de la maison. Si nous faisions trop de bruit, on nous grondait: “vous allez voir tout à l’heure, si vous ne restez pas tranquilles!”
Nous jouions à nous attraper dans l’obcurité de la maison, car il n’y avait pas d’éclairage, ce qui n’était pas pour nous déplaire. Nous jouions à cache-cache en nous cachant derrière les meubles ou sous les lits clos. Mais alors, la peur nous prenait. Il n’y avait guère que les plus courageux pour oser se cacher dans ce trou noir, parfois plein de souris.
Les yeux embrasés d’un chat suffisait à nous effrayer. Il y en avait beaucoup autour de la maison, et pas toujours apprivoisés.
Vers dix heures on soupait: notre mère nous faisait des saucisses sur la plaque à crêpe. Quelle bonne odeur alors dans toute la maison ! Comme nous nous léchions les babines quand on nous mettait un morceau de saucisse dans notre assiette, nos doigts nous servant de fourchettes, avec la sauce qui en dégoulinait ! Pour finir, il y avait une goutte de café ou de thé. Et voilà notre souper ! Ça ne ruinait personne. Et nous étions heureux.
On nous disait parfois: “Si la lune est claire, vous irez à la messe de minuit.”
Et nous regardions longtemps à lavance sur l’almanach pour savoir comment serait la lune: croissante, pleine, ou décroissante. À la pleine lune, nul besoin d’une lanterne pour aller à la messe de minuit.
Mais lorsqu’il n’y avait pas de lune, quelle histoire pour aller de An Ogellou jusqu’à l’église au milieu de la nuit noire ! Mon père marchait devant avec une lanterne. Mais avant de quitter la maison, il donnait en abondance du foin aux chevaux: leur repas de Noël.
Je n’ai pas souvenance qu’il donnât quoique que ce soit aux vaches.
Entre An Ogellou et le bourg, la route était très mauvaise à cette époque, comme une route faite pour empêcher les gens de passer. L’hiver, elle était pleine de flaques d’eau, de bourbiers et de boue, impossible à franchir sans voiture, laquelle parfois s’enfonçait dans les cloaques jusqu’au moyeu. Par contre, les chevaux, eux, passaient sans mal, tant ils étaient habitués à aller dans l’eau et la boue.
Et les gens à pied ?
Ils empruntaient les sentiers qui couraient à travers les talus et les champs. Quand ils leur fallait prendre la route, ils sautaient d’une pierre à l’autre ; contre le bord des talus couvert de genêts et qui vous piquait le visage si vous vous en approchiez de trop près, surtout au beau milieu de la nuit noire, lorsque nous allions à la messe de minuit avec une unique lanterne pour éclairer
Une fois au bourg, nous laissions la lanterne chez le Favé, ôtions l’excès de boue sur nos sabots, et ensuite, vite à l’église pour avoir une place et voir Jean-Louis le sacristain alumer les cierges. C’était, pour les enfants, une chose très curieuse à observer.
Les cierges étaient si nombreux que nous ne pouvions les compter !
Ils étaient sous le plafond de l’église, un plafond étoilé comme le ciel bleu, sur de grandes couronnes, l’une au dessus de l’autre, mais de plus en plus petites au fur et à mesure qu’elles se superposaient. Le moucheron de chaque cierge était attaché l’un à l’autre par un lacet blanc ciré.
Jean-Louis, à l’aide d’un bâton finissant par une “queue de rat” allumée, mettait le feu à l’exrémité du lacet, et aussitôt, le feu courait d’un cierge à l’autre, et en un rien de temps, tous les cierges s’alumaient devant nos yeux étonnés.
Nous tentions de compter les cierges. Mais ils y en avait tant que c’était peine perdue. Des cierges au dessus de nos têtes, mais aussi devant nous, plein de cierges sur l’autel. Ils rayonnaient dans nos yeux éblouis à nous faire perdre le sommeil.
La grande église était pleine non seulement de gens, mais aussi de a bonne odeur forte des sapins de la Crèche de Noël, et qui emplissait le choeur tout entier, le choeur Sainte Marie du Rosaire.
Ces sapins-là, venu du Bois de Kermengui, il y en avait quatre ou cinq, montaient jusqu’au plafond de l’église.
Au dessous se trouvait la crèche de l’Enfant-Jésus, entourée de prés faits de mousse, de montagnes, de rivières, et d’une floppée de moutons avec leur bergers, qui semblaient se hâter vers la sainte crèche. Au dessus de la crèche, une étoile étincelante et des Anges chantant “Gloria in excelsis Deo” (Gloire á Dieu au plus haut des Cieux).
À minuit, après le chant d’un office en latin, avant la messe, le prêtre portera jusqu’à la crèche l’Enfant-Jésus, et le mettra dans son berceau, entre Joseph et Marie, sa mère, derrière lui, un boeuf et un âne soufflant sur ses mains.
Oh ! Comme il est doux ce tableau à nos coeurs d’enfant ! Combien de fois, pendant le mois de janvier, nous irons le voir, déposer nos sous dans le tronc du petit Ange rouge qui nous salue á chaque fois que nous lui donnons notre offrande.
L’église est comble. Le chant démarre. La messe commence.Le “kyrie” et le “Gloria” font retentir l’église. Les fidèles connaissent tous les chants par coeur. La grand messe en paraîtra trop courte.
L’enfant de choeur agite sa clochette : l’élevation. Tous baissent la tête. Dans la foulée on entonne le «Me ho salud, Korv va Zalver 'zo diskennet war an aoter. »
L’eucharistie, qui clot la première messe durera longtemps, tandis que résonnent les cantiques bretons, les cantiques de Noël et les autres. Un ensemble de chanteuses, à la tribune, poussent le chant. C’est un régal de les écouter et de leur répondre par les refrains. Ceux-ci nous appartenaient car nous les savions pratiquement tous par coeur. Et nous les entonnions, il fallait voir comment !
Après la grand messe, il y aura deux autres messes auxquelles on ne chantera que des cantiques en breton. Voici un refrain que nous chantons à tue-tête:
« Ni hoh ador, Mabig Jezuz,
Mabig dous ha karantezuz,
Doue meurbéd madelezuz.»
De retour à la maison, nous allions directement nous coucher sans faire trop de bruit, de peur de réveiller ceux qui dormaient. Il était alors deux heures ou deux heures et demie. Notre sommeil sera de courte durée. Assez long cependant pour faire de beaux rêves, tandis que dans la cheminée craque encore la bûche de Noël : des rêves pleins de cierges, d’Anges et de chants.
Ainsi se déroulait notre vie, au rythme des fêtes religieuses : Noël, Pâques, la Pentecôte, les fêtes du Sacrement, la Toussaint...
Mes parents n’étaient guère riches. Ils vivaient avec peu, en travaillant et en épargnant. Mais nous nous estimions heureux même si la couche de beurre sur notre pain était fine. La moindre chose nous faisait plaisir. Le moindre jouet suffisait à nous combler de joie. Deux sous de bonbons le dimanche faisait notre bonheur. Nous n’en demandions pas davantage. Et il en était de même pour tous les enfants autour de nous.
Notre Enfant-Jésus en sucre à Noël nous procurait autant d’orgueil qu’un tas de jouets chers qu’on donne aujourd’hui aux petits enfants de nos neveux et niéces, et se fatiguent dés le premier jour de tant de choses devant eux. Très vite ils les jettent dans un coin, et on les retrouve à jouer avec devinez quoi ? avec des capsules de bouteilles ramassées sur la table à la fin du repas.
Nous connaissions et nous comprenions la valeur de l’argent que gaganient nos parents à grand peine. les enfants d’aujourd’hui ne comprennent pas: trop d’argent entre leurs mains.
Nous connaissions et nous comprenions la valeur d’un morceau de pain. Le jeter aurait été pour nous un péché, et s’il nous arrivait de la faire, nous le jetions par dessus notre tête, derrière notre dos, aprés avoir fair le signe de croix. On nous avait enseigné le respect du pain comme d’une chose sacrée.
Les enfants d’aujourd’hui ne savent plus ce que coûte, en peine et en argent, de gagner un morceau de pain. Voilà pourquoi l’on trouve de nos jours du pain qui roule dans le fossé d’une route, des miches entières jetée au rebut, et emportées par les éboueurs vers une carrière quelconque à la campagne où elles seviront de repas au souris et aux rats.
Revenir en haut Aller en bas
yannalan
Roi Breton
Roi Breton


Masculin
Nombre de messages : 1243
Age : 65
Lec'hiadur/Localisation : er vro Pourlet
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mar 13 Déc - 12:35

Patrig a écrit:
Hag eñ e vefe tud Pourlet strikoh eged al Leoniz e-keñver ar relijïoun ?

Pas, n'eo ket gwall droet ar Bourleded àr ar relijion.Met reolennoù an Iliz e ao d'ar mare-se.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1503
Age : 34
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mar 13 Déc - 18:01

Tu as été plus rapide que moi, Patrig ! J'avais commencé la traduction, mais au moins ça m'aura appris quelques mots léonards dont j'ai dû chercher le sens dans un dictionnaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dour



Nombre de messages : 9
Age : 57
Lec'hiadur/Localisation : Québec
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mar 13 Déc - 23:49

C'est un texte vraiment agréable à lire et qui en dit beaucoup sur le déroulement d'un réveillon de noël au début des années 1900.

Dites-moi, le petit Jésus en sucre. Est-ce une tradition qui existait longtemps avant 1900?
Car sur certains site on en parle mais sans mentionner l'époque.

Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geneadour.jimdo.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mer 14 Déc - 1:13

Tonton Job a écrit:
Tu as été plus rapide que moi, Patrig ! J'avais commencé la traduction, mais au moins ça m'aura appris quelques mots léonards dont j'ai dû chercher le sens dans un dictionnaire.

Ça m'a pris la moitié de la nuit. (je devais me lever tôt.) Je pensais juste commencer mais je me suis pris au jeu (c'est la première fois que je traduis du breton vers le français!) et je me suis dit qu'après je n'aurais plus eu le temps... Si tu veux, je peux te donner un autre texte en breton! Very Happy


Dernière édition par Patrig le Mer 14 Déc - 1:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mer 14 Déc - 1:17

dour a écrit:
C'est un texte vraiment agréable à lire et qui en dit beaucoup sur le déroulement d'un réveillon de noël au début des années 1900.

Dites-moi, le petit Jésus en sucre. Est-ce une tradition qui existait longtemps avant 1900?
Car sur certains site on en parle mais sans mentionner l'époque.

Michel

Je ne saurais te répondre. Mon enfance à moi, c'était Brest dans les années soixante. Et je n'ai pas de document. Tonton ?...
Revenir en haut Aller en bas
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1503
Age : 34
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Mer 14 Déc - 4:20

Aucune idée. J'ai entendu souvent des anciens du coin parler de ce petit Jésus en sucre, mais ça ne nous dit pas si ça se faisait depuis longtemps (personnellement je ne pense pas, je ne crois pas qu'il y avait des friandises de ce genre dans les campagnes autrefois).


A part ça j'ai déjà lu et entendu que les gens faisaient des petits pains spéciaux pour Noël, pour les gens qui participaient à la veillée et aussi pour les mendiants. Et également que certains mangeaient exceptionnellement du pain blanc (plus "luxueux" que le pain noir) pendant la période des fêtes de fin d'année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Jeu 15 Déc - 2:09

Tonton Job a écrit:
A part ça j'ai déjà lu et entendu que les gens faisaient des petits pains spéciaux pour Noël, pour les gens qui participaient à la veillée et aussi pour les mendiants. Et également que certains mangeaient exceptionnellement du pain blanc (plus "luxueux" que le pain noir) pendant la période des fêtes de fin d'année.

Bara gwenn, bara du... Personne n'a encore essayé de faire le pain gwenn-ha-du ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1503
Age : 34
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Jeu 15 Déc - 2:19

Laughing



Autre chose : la nuit du 24 les enfants mettaient leurs sabots près de la cheminée et trouvaient le lendemain à l'intérieur une orange ou le fameux petit Jésus (Mabig Jezus) en sucre. Comme ce qui se fait ailleurs ou ici plus récemment avec une chaussette ou un bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Jeu 15 Déc - 2:41

Non seulement les étrennes étaient modestes (une orange), mais en plus il était mal vu de la dévorer tout de suite (péché de gourmandise, ou fausse générosité des parents), si bien qu'elle finissait pas pourrir sur place...
Revenir en haut Aller en bas
dour



Nombre de messages : 9
Age : 57
Lec'hiadur/Localisation : Québec
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Jeu 15 Déc - 4:45

^Ca me fait penser, ici autrefois on donnait une oarnge pour ceux qui ont été sage durant l'année et un morceau de charbon si c'était le contraire. J'imagine que quelque chose du genre devait existé auusi en bretagne?.

Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geneadour.jimdo.com/
occitan
Poulpican
Poulpican
avatar

Masculin
Nombre de messages : 108
Age : 65
Lec'hiadur/Localisation : Beaumont sur Sarthe 72
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   Lun 26 Déc - 8:51

dour a écrit:
C'est un texte vraiment agréable à lire et qui en dit beaucoup sur le déroulement d'un réveillon de noël au début des années 1900.

Dites-moi, le petit Jésus en sucre. Est-ce une tradition qui existait longtemps avant 1900?
Car sur certains site on en parle mais sans mentionner l'époque.

Michel

J'ai connu de mes arrière grands-parents, décédés plus que centenaires, donc nés avant 1900 qui m'ont conté avoir toujours vécu cette tradition du "petit jésus en sucre". Mais pas de trace d'orange ou autre fruits exotiques et onéreux à l'époque.
Comme ils habitaient sud Nantes, je ne saurais dire si cette coutume était d'inspiration bretonne ou vendéenne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Noël breton d'autrefois.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Noël breton d'autrefois.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Proverbe breton.
» Tradition du mariage breton
» Méthode bilingue : Le français par le breton. LE BOZEC. 1933
» qui parle breton?
» ile tudy autrefois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bretagne Passion le forum 100% Breizh :: Histoire, contes et légendes :: Patrimoine Breton-
Sauter vers: